Le Séminaire by Hana Litova


DOWNLOAD


This Play is the copyright of the Author and must NOT be Performed without the Author's PRIOR consent


ACTE I Avant l'été.

SCENE I
Le Bal de l'École. La salle est dans la pénombre. On entend un
disque d'Ella Fitzgerald. De jeunes couples dansent, peut-être. Des
tables, autour des gens assis bavardent et boivent.
Un spot éclaire la table de Marie. Autour d'elle Patrick et Hubert..

MARIE
Quel enjouement ce bal de fin d'année… Elle regarde les jeunes
autour d'elle. Comme tous ces jeunes sont touchants. La jeunesse a
pour elle la sincérité...

PATRICK
Et comme tu es belle, Marie ! Tu es radieuse, ce soir.

MARIE
Et pourtant, quelle traversée de l'abîme n'est-ce pas, que
l'enseignement de l'histoire ! Elle boit. Combien de fois
n'ai-je pas craint d'échouer. Que mes jeunes n'acquièrent pas
de vision du monde éclairante, mais sombrent dans la nuit de
l'histoire.

HUBERT
Une traversée de quoi ? Il boit. Tout enseignement est ennuyeux.
Normatif, ça s'appelle comme ça. Tu veux pas que tes élèves
sombrent, tu le dis toi-même ...

MARIE, Elle rit.
L'année prochaine j'emmène mes deux meilleures élèves au
séminaire de Georgy, le philosophe le plus réputé d'Europe. Il
vient en France… et nous y serons. Je veux pour mes jeunes, le
meilleur. Que pour eux l'avenir soit ouvert.

PATRICK
À présent nous aussi avons un avenir, Marie. Cette maison que nous
venons d'acheter à la campagne. N'est-elle pas la réalisation de
nos rêves ? N'est-elle pas idyllique ? Je veux y écrire, je veux
t'y aimer aussi. Il lève son verre. À notre avenir, toi et moi ! Il boit.

HUBERT
T'es un brave bourge. Tu te prends au sérieux. Mais les hommes sont
égaux devant la mort. Il lève son verre. Je bois à notre pacte,
Marie ! Il boit.

MARIE, Elle rit.
J'ai deux amants qui me font rire… Que de certitudes n'avez-vous
l'un et l'autre ! Pour moi, je n'en ai pas autant. Elle rit.
Elle boit. Viendrez-vous l'an prochain au séminaire de Georgy ?
Elle fait la moue. C'est un philosophe dont la renommée est
impressionnante. Peut-être pourrons-nous là confronter…, clarifier
nos idées ?

PATRICK
La pensée de Paul est indépassable. Je n'ai de cesse de le relire,
tu le sais. Marie rit. Ce philosophe et sa renommée ne me disent rien
qui vaille.

HUBERT, Il regarde autour de lui.
C'est quoi ce claque ? On se fait ièche ce soir.

MARIE
De Georgy l'on raconte qu'il est à la pointe de la pensée de ce
temps. Est-ce vrai ? Je suis curieuse de l'entendre. Elle boit.
J'espère que cette fois je ne serai pas déçue…Elle reste
songeuse. Oui, je l'espère… pour mes élèves surtout.

PATRICK
Comme tu es généreuse, Marie ! Comme tu es belle ! Il lève son
verre. À ta beauté ! Et à notre bonheur ! Il boit.

MARIE, Elle rit.
J'irai pour comprendre mon époque… aussi ! Est-elle profonde, ou
est-elle futile ? Et va-t-elle laisser les hommes encore désespérés?
J'ai besoin de la comprendre.

PATRICK, Il prend la main de Marie.
Marie… notre amour doit traverser la désespérance que t'a
laissée l'histoire. Je la connais, lui ne la sait pas. Il se tait,
la regarde. C'est pour ça aussi que nous avons acheté notre maison
à la campagne. À présent il y a un port, dans l'histoire pour
nous deux, toi et moi.

HUBERT
On se fait ièche ce soir j'ai dit. Marie, si on partait ? Dans la
nuit tu baratines rien, mais je sais qu'avec moi tu aimes la petite
mort.

PATRICK
Marie… j'aime ta beauté physique, mais j'aime aussi ton âme.
Je sais que ton âme est belle, et proche de la vérité la plus
sainte. Je le sais depuis le premier soir où je t'ai vue.

Silence. Hubert boit.

HUBERT, Il lève son verre. N'oublie pas notre pacte. Il montre
Patrick de la main. T'en auras bientôt assez de ses fadaises, alors n'oublie
pas. Il boit. Quand un de nous deux choisira la mort, la grande, la seule vraie, il le
fera pas sans y inviter l'autre. Il boit. Le reste est fadaises j'ai dit….

PATRICK, Il prend la main de Marie.
Marie tu vas être surprise par toi-même. Par le monde, et par
toi-même. Quand on aime le monde est différent, il acquiert un sens.
Tu vas l'apprendre. C'est le pari.

HUBERT, Il se verse à boire.
Pas de jouissance sans désespoir. Ça tu le sais, Marie. Équation
simple. Et équation complexe, que peu comprennent. Toi, tu l'as
comprise. Il boit. Équation qui a ses implications logiques. Il
montre Patrick. Demande-lui de mourir avec toi, tu verras qu'il aura
la frousse. Il boit. Le pari de l'amant de ta belle âme est très
incertain.

MARIE, Elle rit. Elle retire sa main. Elle lève son verre.
Il y a un pacte et un pari ? Pas mal ! Elle rit. Seulement vous vous
trompez l'un et l'autre. J'aime mes élèves. C'est pour moi
le plus important. Elle boit. Il y a de l'inespéré chez les
jeunes. Et ils ont besoin de moi pour les mener au port, pour ne pas
sombrer dans la haine, le désespoir que laisse l'histoire, le
mépris de l'humanité.

HUBERT, Il boit.
Mais la nuit, t'es seule et désespérée. Nous nous sommes
rencontrés là. Tout ça vaut pas une tune j'ai dit.

MARIE, Elle rit.
J'ai deux amants. L'un pour le la jouissance mutique des corps, et
l'autre pour soigner les plaies de l'âme. Elle lève son verre.
L'un pour la désespérance de la nuit, et l'autre pour les
promesses du jour. Elle boit. Elle les regarde. Suis-je heureuse ? Je
me sens tellement inutile. Elle rit. Par chance j'ai mes étudiants.
Elle reste songeuse. Mais Georgy est-il vraiment un très grand
philosophe… ? Voilà la question que je me pose ce soir. Sa
renommée est impressionnante, mais elle est presque trop tape à
l'oeil. Elle boit. J'ai invité mes deux meilleures élèves à
venir à son séminaire. Celle qui connaît tous mes cours par cur,
et celle dont je ne sais pas si elle m'écoute. Elles sont très
brillantes l'une et l'autre. Je veux qu'elles apprennent à discerner le Bien et le
Mal, le vrai et le faux. C'est le pari..

PATRICK
J'espère que tu vas m'inviter aussi. Je viendrai. Oui, finalement
je viendrai. Je viendrai pour t'aider, pour te soutenir. Il prend la
main de Marie. Marie, je t'aime ! Je veux que tu connaisses la
beauté du monde. Je veux que tu sois sauvée.

HUBERT, Il boit
N'oublie pas notre pacte. C'est toi qui décideras de l'heure de
notre mort. J'attendrai j'ai dit.

MARIE
Nous aussi nous voulons détruire…? Elle reste songeuse. Elle rit.
Mais aujourd'hui mes jeunes sont arrivés au port. Un port pour
vivre. Elle lève son verre. Qu'ils connaissent un monde meilleur
que celui qui nous hante ! Elle boit. Elle les regarde. Ainsi mes
amants très chers, ce soir, soyons heureux ! Ils boivent. Et puisque
nous nous aimons, allons passer tous trois l'été dans notre maison
à la campagne. Elle les regarde. Pourquoi pas… ?

PATRICK
Tous les trois ? Non… ! Il montre Hubert de la main. Oublie ce
pauvre bougre que voici que tu as ramassé dans la rue. Passons
l'été, oui, dans notre maison à la campagne, seuls toi et moi,

HUBERT
Tous les trois ? Boeuf… ! Mais pourquoi pas.

MARIE
Car, cependant…, une question m'intrigue. Elle les regarde.
Puis-je être heureuse ?

Le spot s'éteint. Un spot éclaire la table de Judith. Autour
d'elle trois étudiants, une étudiante.
CINQUIÈME ÉTUDIANT Et toi Judith, tu aimes quoi ?
Silence. Ils boivent.

JUDITH
J'aime les couchers de soleil. Ce soir ressemble à un coucher de
soleil. Comme un écho à quelque tristesse des hommes.
L'ÉTUDIANTE Un écho à quoi ?

JUDITH
À la traîne d'incendie qui dans le cur des hommes ne laisse que
cendres, qui laisse leur âme désastrée. C'est la fête de
l'École ce soir. La fête a un air de désastre.

QUATRIÈME ÉTUDIANT
L'École est complètement pourave, c'est vrai. Silence. Ils
boivent.

JUDITH
Avez-vous déjà pleuré ? Il faut avoir pleuré pour voir le monde.

TROISIÈME ÉTUDIANT
Tu n'as jamais aimé, Judith ! Tu n'as jamais pleuré. Il boit.
Moi, j'ai à te dire ce soir quelque chose de vrai. Il la regarde.
Sais-tu… je t'aime !

CINQUIỀME ÉTUDIANT
Parlez-moi d'amour…, et autres clichés éculés ! C'est du
bavardage. Je crains qu'on s'ennuie ce soir.

Silence. Ils boivent.

JUDITH
Il y a cependant l'univers. Il faut savoir le regarder, il est
infini. Il y a la mer qui n'en finit pas de rouler l'amertume
d'un monde sans rémission. Et il y a les couchers de soleil, où se
mirent les curs ensanglantés des hommes. Elle se tait. Je n'ai
jamais aimé. Je sais que j'ai des larmes.

TROISIÈME ÉTUDIANT
Tu ne connais rien au monde. Tu lis trop de livres.

CINQUIÈME ÉTUDIANT
Il y a peut-être des re-donnes ? Si on jouait, ce soir ?

JUDITH
Si on jouait ?

L'ÉTUDIANTE, Elle rit.
Mais tout est joué ! Marie, cet après-midi, a annoncé les
résultats. De toute façon c'est Anastasie et Judith qui vont au
séminaire de Georgy. C'était l'enjeu de l'année.

CINQUIÈME ÉTUDIANT
Pouah… ! Il boit. De toute façon, Marie est désespérée. Regardez
la meuf ! Un spot éclaire la table de Marie, qui est en train de
rire. Elle se marre, et elle est désespérée.

QUATRIỀME ÉTUDIANT Désespérée… ? Pourquoi tu dis ça ?

CINQUIỀME ÉTUDIANT
Elle est trop belle, et elle se marre trop. La beauté est un
désespoir, par excès.

L'ÉTUDIANTE
Moi je voulais aller au séminaire de Georgy l'année prochaine.
Marie avait dit qu'elle prendrait les meilleurs. Je pensais
qu'elle allait me prendre. À Judith. C'est Anastasie ...et toi.

QUATRIÈME ÉTUDIANT, Il lève son verre. Skhol ! À Judith, qui a
gagné !
LES AUTRES, Ils lèvent leurs verres. Skhol !

Silence. Ils boivent.

TROISIỀME ÉTUDIANT
Alors… ! Par exemple…, jouons. Judith, dis quelque chose de toi
qui ne soit pas ennuyeux.

Silence. Ils boivent.

JUDITH
Mon père ne me regarde jamais. Il couche avec une fille qui a mon
âge. Il dit qu'il veut vivre.

L'ÉTUDIANTE
Bein… tu as de la chance ! Mes parents c'est des bobos sérieux.
C'est possible même qu'ils se ramènent ce soir. Pour me
surveiller. Ils me surveillent.

TROISIÈME ÉTUDIANT
Il ne te regarde jamais ? Pourquoi ? Tant pis pour lui ! Il prend la
main de Judith Il ne sait pas ce qu'il perd ! Moi, je te regarde !
Filles et garçons rient.

JUDITH, Elle retire sa main.
Je m'en fiche qu'il me regarde ou pas. Mais il me fait pitié. Il
ne comprend rien à l'histoire.

QUATRIÈME ÉTUDIANT Et toi, tu comprends ?
Silence. Ils boivent.

JUDITH
Son père à lui a été déporté à Auschwitz, il n'est pas
revenu. Il couche avec une fille qui a mon âge. Il dit qu'il veut
vivre. Elle boit. L'histoire est au cours de Marie. Elle est aussi
dans les livres. Je lis des livres.

CINQUIÈME ÉTUDIANT
Ça on le sait. Tu lis des livres. Et tu regardes les couchers de
soleil.
Ils rient.

JUDITH
J'aime les couchers de soleil.

QUATRIÈMEME ÉTUDIANT Ça tu l'as déjà dit !

L'ÉTUDIANTE
Oui, tu l'as déjà dit. On s'ennuie.

QUATRIỀME ÉTUDIANT
Moi… c'est vrai, je suis amoureux de Marie.

CINQUIỀME ÉTUDIANT
Bonne chance, camarade. Il montre la table de Marie, que quelques
instants un spot éclaire. Marie rit. Regarde la meuf ! Elle a deux
amants, tout le monde le sait. Elle flirte avec le désespoir, et elle
rit. Et elle s'ennuie Pouah ! On s'en fout ! Il boit. Sérieusement les filles, vous
n'avez pas envie de vous amuser ? Il regarde les filles. Je promets
que je baiserai bien.

QUATRIÈME ÉTUDIANT Promettre est facile ! Ils rient. ...
Silence. Ils boivent.

JUDITH
S'amuser n'est pas le mot vrai. Mais… ce soir ressemble à un
coucher de soleil. Il y a de la tristesse ce soir… pourquoi pas ? Je
dois réfléchir.

TROISIÈME ÉTUDIANT
Oui… ? À la bonne heure ! Judith…je t'ai dit que je t'aimais!

JUDITH
C'est vrai… C'est banal, mais vrai. J'ai dix-sept ans… et je
suis vierge. Je lis Freud… et je suis vierge.

CINQUIÉME ÉTUDIANT C'est la névrose ! Ils rient.

JUDITH
Je peux ce soir décider de mettre un terme à la névrose. Elle
regarde les étudiants. Si ça intéresse quelqu'un ?

TROISIÈME ÉTUDIANT
Judith… ! Je t'aime ! Tu seras heureuse !
Silence. Tous regardent Judith.

QUATRIÈME ÉTUDIANT
Éventuellement ça m'intéresse. Une si bonne élève, que Marie
apprécie… Et jolie avec ça. Pourquoi pas ?

CINQUIÈME ÉTUDIANT
Ça m'intéresse aussi. On s'ennuie trop ce soir. Une
vierge…pour tuer l'ennui, c'est pas mal.

TROISIÈME ÉTUDIANT
Judith.. ne fais pas n'importe quoi ! Il lui prend la main. Je
t'aime, c'est vrai tu sais. Je me sens même de t'aimer
toujours. Cette nuit sera la première d'une longue suite de nuits.
Tu seras heureuse, je te le jure !

JUDITH, Elle retire sa main.
Le bonheur est une idée obsolète.

CINQUIÈME ÉTUDIANT
Hourrah… ! L'École est pourave, et le bonheur est obsolète. On
aura réussi à le dire ce soir, on a gagné ! Mais à présent ça va
être la teuf, la vraie ! Il lève son verre. Skhol ! C'est la teuf
! Ce soir nous enterrons la névrose de Judith !

LES AUTRES, Ils lèvent leurs verres Skhol ! Ils boivent.

L'ÉTUDIANTE
Comme ils sont enthousiastes, et éloquents ! Ils rient. N'importe
comment ils sont trois. À Judith. C'est à toi de choisir.
Décidément… je t'envierai toujours. Ils rient.

TROISIÈME ÉTUDIANT
C'est à Judith de choisir ! Il regarde Judith. Je t'aime ! Et
c'est à toi de choisir.

CINQUIÈME ÉTUDIANT
On va s'ennuyer à nouveau… ! Assez de bavardages… !
JUDTH
C'est vrai, assez de bavardages. Ce soir doit avoir l'évidence
d'un coucher de soleil. La nuit qui vient l'éclat de la vérité nue.

Silence. Tous regardent Judith.

JUDITH
Admettons que ce soir j'enterre ma névrose. Je veux que ce soit…
sans retour. Je ne veux pas me réfugier dans un trouble sentimental
créant ses illusions. La vérité nue. Je ne choisirai pas… On tire
au sort.

CINQUIÈME ÉTUDIANT
Hourrah… ! Il lève son verre. Skhol ! Il boit.

TROISIÈME ÉTUDIANT
Judith, tu dis n'importe quoi. Ne fais pas ça ! Sais-tu… tu vas
le regretter !

CINQUIÈME ÉTUDIANT, Il lève son verre Skhol ! L'idée est
acceptée. On tire au sort. Il boit.

QUATRIÈME ÉTUDIANT
Pourquoi pas ? Il lève son verre. Skhol ! Il boit. Silence. Ils
boivent.

L'ÉTUDIANTE
Oui ? Elle regarde Judith, qui fait « oui » de la tête. D'accord.
Les garçons ne regardez pas. Je fais trois papiers… Les garçons
détournent la tête. Sur l'un, j'écris Judith… Je les plie… Je les mélange…

TROISIÈME ÉTUDIANT
Judith…! C'est complètement idiot ! L'amour, c'est pas ça !

L'ÉTUDIANTE
Vous pouvez regarder.
Elle tend sa paume, qu'elle ouvre. Les étudiants prennent chacun un
papier. Le spot s'éteint.

Les trois scènettes peuvent aussi être jouées synchrones.

[end of extract]




DOWNLOAD

Script Finder

Male Roles:

Female Roles:

Browse Library

About Stageplays

Stageplays offers you the largest collection of Plays & Musicals in the world.

Based in the UK and the USA, we’ve been serving the online theatre community since the last century. We’re primarily a family-run business and several of us also work in professional theatre.

But we’re all passionate about theatre and we all work hard to share that passion with you and the world’s online community.

Subscribe to our theatre newsletter

We'll email you regular details of new plays and half-price special offers on a broad range of theatre titles.

Shipping

We can deliver any play in print to any country in the world - and we ship from both the US and the UK.

© 2010 - 2021 Stageplays, Inc.